La Malaisie, un pays moderne et tolérant.

 

La Malaisie ne faisait pas forcément partie de la liste des pays que nous souhaitions visiter initialement. Le pays étant sur notre trajectoire pour aller de la Thaïlande à l’Indonésie, nous avons saisi l’opportunité de découvrir une autre partie de la région.

 

Rejoindre la Malaisie de Koh Tao demande un peu de patience. Nous prenons d’abord un bateau de nuit jusqu’à Surat Thani. Nous n’avons acheté que deux tickets pensant que les places seraient assez larges pour dormir avec les enfants. Mauvaise surprise, en arrivant sur le bateau, nous découvrons une série de matelas pas plus larges que des demi lits simples posés les uns à coté des autres sur le sol. Impossible de dormir à quatre dans un mètre de large ! Heureusement, le bateau n’est pas plein et nous rachetons une place à bord. Nous dormons finalement assez bien, bercés par la houle et le bruit du clapotis des vagues sur la coque du bateau. Nous prenons ensuite un 1 mini van jusqu’à la frontière puis un deuxième jusqu’à l’ile de Penang, située à l’est de la Malaisie assez près de la frontière Thaïlandaise. Nous arrivons en fin d’après-midi, après une nuit et une journée de transport un peu fatigante à Penang pour y séjourner 4 jours.

 

En arrivant en Malaisie, nous sommes tout de suite frappés par la différence avec la Thaïlande, le Laos et le Cambodge. Les peaux sont plus foncées, les mosquées ont remplacé les temples et les routes en très bon état reflètent une modernité toute nouvelle pour nous en Asie du sud est. On est content de changer de repère et de nous immerger dans une autre culture. Nous découvrons un pays avec une grande tolérance et ouverture d’esprit où coexistent en bonne harmonie différentes communautés, cultures et religions. C’est ainsi que se mêlent Malais, Chinois, Indiens, Tamouls et que cohabitent Islam, Bouddhisme et Taoïsme.

 

 

 

L’ile de Penang et George Town

 

Revenons à Penang. Cet ancien comptoir britannique du détroit de Malacca est devenu, depuis peu, la destination chic de l’Asie. Classée au patrimoine mondial de l’Unesco, George Town, la capitale de Penang, est un lieu en mouvement perpétuel. Branchée, chargée d’histoire, mélangeant les influences chinoises, malaises et indiennes, la ville est atypique et ne ressemble à aucune des villes que nous avons vues dans la région.

 

George Town a encouragé le Street Art. D’après ce que nous avons lu, la plupart des oeuvres datent de 2010. Nous louons des vélos et arpentons la ville à la recherche de ces fresques. C’est une manière très ludique de découvrir les environs et les filles se laissent vite prendre au jeu : « Papa, regarde un chat ! oh un lapin… »

 

 

Ce jeu de piste, nous emmène dans de petites ruelles, dans des cours d’immeubles, sur les quais des bateaux. Cela nous permet de découvrir des trésors cachés, des maisons centenaires un peu décrépies, des échoppes traditionnelles, des cabanons de pêcheurs chinois, une mosquée flamboyante ou encore un temple Taoïste. Nouvelles découvertes, nouvelles religions pour les filles. Après le bouddhisme et l’Hindouisme, voilà le Taoïsme et l’Islam. Pas simple pour les parents d’expliquer tout cela mais c’est aussi ça la richesse du voyage. Les murs de la ville sont également ornés d’installations en fer forgé. Ces dessins représentent des moments de vie sur un ton humoristique : personnes tirées en pouce-pouce, prospecteurs chinois concluant une affaire, ou encore scènes de couple…

 

 

 

Les îles de Perhentiane.

 

Après ce petit séjour citadin, direction les îles de Perhentiane. Elles se trouvent à l’est de la Malaisie et sont situées dans la mer de Chine méridionale. Les récifs et les eaux cristallines de cet archipel abritent une grande variété de coraux, tortues de mer, requins de récifs et petits poissons… Nous sommes très excités à l’idée de rejoindre cette île dont nous avons entendu beaucoup de bien.

 

 

Nous traversons le pays en mini van puis prenons un bateau pour arriver sur ce petit coin de paradis. Il fait chaud et le speed boat nous emmène à vive allure vers les îles. Sur le chemin, nous apercevons au loin la mosquée de Perhentian. Elle est particulièrement belle. Accrochée à un petit bout de terre, elle flotte sur l’eau. Jolie image qui nous rappelle que sommes dans l’un des pays les plus Musulmans de l’Asie du Sud est.

 

 

Perhentiane compte deux îles. Nous nous installons sur la plus familiale : l’île Pulau Perhentian Besar. Sur l’île, il n’existe pas de route. Seuls deux petits sentiers à travers la jungle permettent de relier différents points. Le moyen le plus simple de se déplacer d’un endroit à un autre est donc le bateau. Bref, une vraie île du bout du monde comme on les imagine ! Nous sommes en plein Ramadan et le muezzin appelant du haut du minaret 5 fois par jour les fidèles à la prière (le adhan), est assez envoutant et accentue le dépaysement.

 

 

Au programme de notre séjour : cours des filles, comme d’habitude le matin ; soleil ; plages ; cocotiers ; eau turquoise ; snorkling et même une plongée en bouteille pour découvrir un peu plus les fonds si réputés. Nous faisons aussi quelques petites marches au milieu de la jungle durant lesquelles nous croisons de nombreux varans, gros lézards préhistoriques. Et comme un cadeau de départ, nous avons la chance de nager avec deux tortues de mer et deux requins à pointes noires le dernier jour.

 

 

4 jours se sont écoulés, il est temps de quitter les îles Perhentiane pour « Kota Bahru », ville côtière à 1 heure de route.

 

 

Kota Bahru, la musulmane

 

Tout ce que nous savons de Kota Bahru, c’est qu’il s’agit de la ville musulmane la plus conservatrice de Malaisie. Effectivement, les mosquées sont nombreuses, la signalisation est systématiquement faite en anglais et en arabe, les femmes portent le foulard et de longs vêtements amples et colorés et les hommes portent l’habit traditionnel, tunique lâche sur un pantalon complété par un sarang autour des hanches.

 

Ici, les gens sont très chaleureux et sont curieux de savoir d’où l’on vient, ce que nous faisons, où nous allons … Nous ne croisons pratiquement pas de touriste, ce qui explique peut-être cette curiosité. En tout cas, nous prenons plaisir à partager ces petits moments de conversation lorsqu’ils se présentent. Il faut dire que les échanges sont faciles car les Malais parlent très bien anglais.

 

Nous descendons dans un Homestay familial, Min House Camp…. C’est un endroit original installé au bord de la rivière, composé de quelques chambres, d’une terrasse au bord de l’eau, de ruches d’abeilles et même d’un petit zoo. Les filles sont ravies et s’amusent avec un petit singe domestique. Nous sommes toujours en plein ramadan et l’activité générale est ralentie. Les commerces sont fermés la journée et les rues commencent à s’animer vers 17h00. La famille qui nous accueille est adorable. Chaque soir, elle nous invite à rompre le jeûne avec eux. La cuisine est locale, nous mangeons avec les mains et nous découvrons des mets aux saveurs nouvelles. Un peu plus dur pour les enfants qui prennent essentiellement du riz et du jus de litchi !

 

 

Le fils ainé parle bien français car, il a fait une partie de ses études en France. Il nous propose de nous emmener visiter 2 temples bouddhistes dans la région et d’aller dans un marché spécialement échafaudé pour le Ramadan. Dans ce marché, l’effervescence est à son comble. Nous déambulons entre stands aux mille odeurs, aux mille couleurs et aux mille saveurs.

 

 

Le lendemain, nous allons arroser le jardin, ramasser avec la famille quelques salades dans le potager et sommes invités à gouter le miel directement issu d’une des ruches du jardin. Un délice ! L’après-midi, nous partons en kayak sur la rivière nous baigner et chercher des palourdes dans les mangroves pour le barbecue du soir. Merci à Noriah et sa famille pour les quelques jours que nous avons passés avec eux, au milieu de la nature et au cœur d’un village malais authentique. Prochaine étape : Kuala Lumpur. Pour nous y rendre, c’est bus de nuit et ses 8 heures de trajet.

 

 

 

Kuala Lumpur, la capitale

 

On n’avait pas imaginé que Kuala Lumpur, capitale de la Malaisie, était une ville si développée… Des tours modernes à perte de vue et des centres commerciaux immenses avec plusieurs étages et des centaines de boutiques. A coté de cette modernité, la ville compte aussi des maisons d’époque un peu délabrés, des rues chaotiques et certains bâtiments abandonnés. Les filles aiment bien ces grands mall climatisés et leurs nombreux fast-foods ! Nous leur faisons plaisir et allons y déjeuner fréquemment oubliant pour quelques jours, la cuisine traditionnelle raffinée et équilibrée. Nous nous laissons également tenter par une séance de cinéma familiale. C’est le film « Minions » qui remporte les suffrages !

 

Découvrir la ville à pied n’est pas forcement évident car, les trottoirs sont souvent très étroits, voire inexistants. En revanche, les transports en commun sont très bien organisés. Nous prenons, entre autre, le métro aérien mono rail aux airs futuristes pour nous rendre près des fameuses Tours Jumelles Pétronas qui culminent à plus de 450mètres de hauteur. A côté des tours se trouve un parc avec un bassin piscine pour enfant. Une aubaine avec cette chaleur et un bon moment de détente pour nous tous.

 

 

Nous prenons aussi le temps de découvrir les quartiers de la ville : Little India, China Town, la place de l’indépendance… et les mosquées et temples. Nous nous arrêtons notamment visiter une des plus anciennes mosquées de la ville ouverte aux non-musulmans, la mosquée Jamek. Elle fut construite à l’initiative du sultan de Selangor en 1909, sur les plans de l’architecte britannique Arthur Benison Hubback. Nous sommes invités dans un petit musée où l’on nous raconte la place de l’islam dans le monde, ses racines, son rayonnement. Nous avons un très bel échange avec le guide. Il insiste à de nombreuses reprises sur le fait que nous sommes tous frères : chrétiens, juifs, musulmans. Il nous offre même un Coran en anglais, nous invitant à vérifier ses messages de tolérance. Les trois religions monothéistes croient en un même et seul Dieu unique, le Dieu d’Abraham et reconnaissent la même lignée de fondateurs et de prophètes : Adam, Noé, Abraham, Moïse, Job, David et Jésus. Elles ont de plus en commun les mots prière, aumône, jeûne, amour de Dieu, amour du prochain, commandements, Jérusalem…

 

 

Le sujet n’est évidemment pas si simple et des divergences fondamentales existent. Il est en effet accepté de dire que les musulmans croient comme les chrétiens et juifs en un Dieu unique mais la définition de Dieu n’est évidemment pas la même. Il y a aussi des différences de textes, de croyances, de commandements, d’interprétation. Au-delà de ces questions théologiques forcement complexes, le message de tolérance et de fraternité de notre interlocuteur nous fait du bien et c’est le cœur léger que nous repartons après à cet échange.

 

Après trois mois passés dans des pays très semblables sur le plan culturel et religieux, la Malaisie s’est avérée être une belle découverte. Ce fut un changement radical, principalement du point de vue religieux. Nous ne pouvons pas dire que nous connaissons très bien le pays, mais ce court passage de 15 jours nous a permis de mieux appréhender ce pays émergeant au futur prometteur.